Un outil anti-plagiat à l'université de Rennes 1

Depuis septembre 2015, plusieurs composantes de l'université de Rennes 1 ont à leur disposition un outil anti-plagiat, en soutien de leurs enseignements. Choisi dans le cadre d'un appel d'offre mené en partenariat avec l'UEB et ses établissements membres, l'applicatif retenu est Compilatio.

Etudiante et enseignante
  1. Un processus de réflexion concertée
  2. L'anti-plagiat, comment ça marche

Un processus de réflexion concertée

Depuis plusieurs années, certaines composantes de notre université, ainsi que d'autres structures d'enseignement supérieur en Bretagne étaient confrontées à des problématiques de plagiat dans les travaux étudiants. L'UEB a animé un processus de sélection concertée avec ses différents établissements membres, dans lequel étaient impliqués, côté Rennes 1, la DSI et le VP numérique. Suite à un appel d'offre qui a retenu la solution Compilatio, les composantes de l'université se sont vu proposer d'acquérir les droits d'accès pour leur activité d'enseignement. A l'université de Rennes 1, l'IUT de Lannion, l'IGR-IAE Rennes, la Faculté de Sciences Economiques, l'IUT de St Brieuc et l'IUT de Rennes dispose de l'outil depuis septembre 2015.

L'anti-plagiat, comment ça marche

L'ère numérique a eu un impact important sur les travaux des étudiants : la surabondance d'informations et le perfectionnement des logiciels ont induit des cas de plagiats de plus en plus fréquent. Volontaires ou par méconnaissances des règles de citation, ces cas sont souvent délicats à déceler au sein d'un ensemble de travaux rendus par un groupe d'étudiants à leur enseignant. Les logiciels anti-plagiat permettent un scan rapide des contenus, qu'ils mettent en regard avec une large base de documents (base de données, et travaux des étudiants y compris ceux des années passées s’ils sont conservés dans la base), pour mettre en avant les similitudes douteuses. 

L'outil Compilatio permet un double usage, à la discrétion de l'enseignant : un usage préventif, pour permettre aux étudiants de s'auto-corriger avant de rendre des travaux, et un usage correctif, pour permettre à l'enseignant d'identifier les cas de plagiat. Cette démarche peut également se doubler d'une démarche de sensibilisation et/ou de formation des étudiants aux pratiques de citations de sources tierces.