Mes étudiants ne travaillent pas chez eux sur mes cours

Assister à un cours ne suffit pas pour construire des apprentissages en profondeur.

  1. Quelques questions à se poser
  2. Quelques pistes
  3. A noter

Les modèles récents de l'apprentissage expliquent qu'on apprend quand on traite activement des informations, quand on reconstruit sa propre représentation des choses et cela passe par l'expérience, la manipulation, la catégorisation. On parle d'une appropriation active qui permet de faire des liens entre les conaissances, de les structurer et de les affiner.

On attend (naturellement) de nos étudiants qu'ils soient curieux, intéressés et autononmes dans leurs apprentissages. Qui plus est, on attend aussi souvent qu'ils portent un intérêt égal à toutes les disciplines d'un cursus. Est ce possible ?

Quelques questions à se poser

  • Est ce que mes étudiants font du lien entre mon cours et le cursus de formation ? Entre mon cours et leur projet professionnel ou personnel ? Entre mon cours et la pratique ?
  • Est ce que mes étudiants savent ce que j'attends d'eux ?
  • Est ce qu'ils savent le travail qu'ils ont à faire pour réussir dans mon cours ?
  • Est ce qu'ils savent organiser leur travail personnel ?

Quelques pistes

  • Il est possible d'expliquer aux étudiants les objectifs du cours, les pré-requis, vos attentes, les modalités d'examen afin qu'ils sachent comment va fonctionner votre cours et pour qu'ils soient au clair avec vos attentes notamment en termes de travail personnel. On parle de plan de cours ou parfois de syllabus. Cet exercice nécessite d'être soi-même au clair avec les objectifs de son cours, ses méthodes d'enseignement et d'évaluation.
  • Accompagner le travail personnel des étudiants : dans la conception de son enseignement, il est intéressant dès le départ d'anticiper les activités que les étudiants auront à faire en dehors du cours. Seront-ce des lectures, des productions individuelles ou collectives, des exercices, des journaux de bord...
  • Si l'on souhaite proposer des lectures, il est utile de guider le travail de l'étudiant en lui demandant une production du type : faire le résumé du texte, définir les 3 concepts importants, expliquer la structure du texte, en faire un schéma... Appuyez-vous sur ces productions pendant votre cours.
  • Vous pouvez leur expliquer qu'un crédit ECTS équivaut à 25h à 30h d'apprentissage comprenant les heures d'enseignement et le travail en autonomie.

A noter

Arrêté du 22 janvier 2014 fixant le cadre national des formations conduisant à la délivrance des diplômes nationaux de licence, de licence professionnelle et de master :
 

Le nombre de crédits par unité d’enseignement est défini sur la base de la charge totale de travail requise de la part de l’étudiant pour obtenir l’unité. Cette charge de travail, représentant vingt-cinq à trente heures pour un crédit ECTS, est estimée en fonction de la charge totale de travail de l’étudiant qui inclut le nombre d’heures d’enseignement et le travail en autonomie.